google-site-verification: google5430653b1f03238c.html

24/06/2010

L'autre appel du 18 juin

18juin.jpg

11:12 Publié dans K.Actions locales | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : npns, pauvre, soumis, handicap, pauvreté | | |  Facebook

Commentaires

--------------------------------------------

Pour les responsables d'associations qui douteraient encore de l'URGENCE de rompre toute relation avec ce ramassis de crapules qui détiennent et abusent actuellement du pouvoir (plus pour longtemps, espérons le...)

l'invité d'Inter:

Pr. André Grimaldi
Chef du service de diabétologie à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris.

Jean-Marie Le Guen
Médecin spécialiste des questions de santé publique, député (PS) de Paris.

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/septdix/

On ne pourra pas dire que ces gens ne sont pas sérieux et déblatèrent des propos délirants !
Il me semble que la population des Handicapés se trouve en première ligne pour ce qui est des conséquences désastreuses de ce qui est exposé dans ce débat...
Quand un pouvoir oligarchique en est à ce point de corruption et de destruction organisée de la démocratie, persister à discuter avec lui revient à collaborer et être complice ! A méditer pour le jour où il faudra rendre des comptes quant à cet immobilisme incompréhensible...

Copello
------------------------------------------------

Écrit par : copello | 01/07/2010

-------------------------------

Edition de mon précédent message:
Le lien n'envoie pas directement à l'émission en question.
Voici donc le lien vers les archives des émissions.:
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/septdix/archives.php

Aller sur l'émission du 01/06/2010:
"Vers la restructuration de l'hôpital public"

Pr. André Grimaldi et Jean-Marie Le Guen font un constat accablant !

Copello
----------------------------------------------------

Écrit par : copello | 02/07/2010

L'appel à la capitulation de Pétain: (lu sur le net, écrit par l'IFRAP: Reconnue d'utilité publique, lobby d'inspiration libérale-conservatrice)

Texte pondu:
AAH, l’impossible augmentation de 25%
Il faut revoir toutes les dépenses sociales

--------------------------------------------------------------------------------


La rigueur vue par François Baroin, s’agissant de la réduction des dépenses publiques et particulièrement des dépenses sociales, consiste à agir sur quelques dépenses isolées, et en particulier l’AAH (Allocation Adulte Handicapé), sans pour autant remettre en cause son augmentation de 25%.
Le chef de l’Etat a prévu le relèvement de l’AAH de 25% sur cinq ans. Le ministre du Budget vient d’annoncer qu’au lieu d’augmenter de 4,5% en 2011 selon la prévision, l’AAH ne serait relevée « que » de 3%, et ceci sans renoncer à l’objectif initial qui serait donc reporté d’un an, le rattrapage ayant lieu sur 2012 et 2013.
Aussitôt, violente indignation des associations d’handicapés, qui fustigent une mesure qui « taxe les plus fragilisés ». Ce qui est totalement faux. La mesure constitue une infime inflexion d’une promesse exceptionnellement généreuse, et qui le demeure. Connaît-on beaucoup de catégories sociales où une augmentation de 25% des ressources est prévue, à l’heure où les autres catégories voient leurs ressources chuter ? L’AAH, c’est, à taux plein, une aide de 696 € par mois, qui sera donc augmentée de 21 € l’année prochaine, au lieu de 31 € antérieurement prévus, sachant qu’à terme l’augmentation sera bien de 174 €.

Non seulement on ne « taxe » pas les handicapés, mais on augmente la solidarité de la nation à leur égard à un point qui n’a encore jamais été constaté, et ce malgré le contexte de la crise. On doit certes faire la part du jeu de rôles que jouent les associations, mais il y a une limite aux exigences catégorielles et à la désinformation. Chacun refuse que l’on touche au moindre de ses cheveux. La même remarque s’applique d’ailleurs à l’autre mesure annoncée par le ministre du Budget, qui concerne la fin du cumul entre l’aide au logement des étudiants et la demi-part accordée aux parents pour enfant à charge [1]. Alors comment faire ?

D’abord, rétablir la vérité devant l’opinion. Et ce particulièrement sur un point que tous les défenseurs des diverses catégories sociales ne mentionnent jamais : les minima sociaux se cumulent toujours avec un ensemble d’aides connexes de valeur importante. En l’occurrence, pour les handicapés sans autres ressources, l’AAH à taux plein se cumule essentiellement avec la « majoration pour vie autonome » (101 € par mois), le « complément de ressources » (166 € par mois) et la CMU (assurance maladie gratuite), sans compter la PCH (prestation de compensation du handicap) lorsqu’elle est applicable. On entendait d’ailleurs récemment sur les ondes un représentant associatif se plaindre, sans craindre le paradoxe, que les handicapés disposent de ressources trop importantes pour bénéficier de la CMU complémentaire… En revanche ils peuvent bénéficier de l’ACS (aide complémentaire santé).
Ceci conduit à affirmer la nécessité de remettre de l’ordre dans le maquis inextricable des allocations sociales, et à préconiser leur réunion dans une allocation globale avec des barèmes clairs et publics (ce n’est pas le cas, aussi invraisemblable que cela paraisse).

D’autre part, et l’exemple de l’AAH est particulièrement pertinent, on n’en est pas à parler de réduction des dépenses sociales, et même pas, sauf à la marge, de réduction de l’augmentation de ces dépenses. L’AAH concerne actuellement 850.000 personnes pour un coût de 6,23 milliards d’euros. Une augmentation de 25% représente 1,55 milliard d’euros de plus que si on s’était seulement contenté de maintenir l’allocation à son niveau actuel. Et la seule augmentation de 3% pour 2011 représente 180 millions d’euros. Il y a d’ailleurs lieu de penser que le « rattrapage » envisagé sur les années suivantes se révèlera impossible, ce qui motive peut-être la réaction des associations d’handicapés. Mais l’AAH n’est qu’un exemple : le chef de l’Etat a aussi promis la couverture du risque dépendance, et l’augmentation sur cinq ans de 25% des allocations logement (14,7 milliards, soit environ 3,7 milliards d’augmentation). Ces promesses sont tout simplement intenables.

On rêve d’un gouvernement dirigé par un « Docteur No », à l’instar du premier ministre canadien Jean Chrétien qui, entre 1993 et 2003, réussit le tour de force de supprimer complètement le déficit du pays en opposant un non absolu à toute dépense supplémentaire quelle qu’elle soit. Efficace et bien plus acceptable pour le citoyen. Tout le monde est logé à la même enseigne et doit être mis à contribution.

Mon commentaire:

Le ministre du Budget vient d’annoncer qu’au lieu d’augmenter de 4,5% en 2011 selon la prévision, l’AAH ne serait relevée « que » de 3% (..) et ceci sans renoncer à l’objectif initial qui serait donc reporté d’un an"

NON. Promesse que Mme Morano nous jeté au visage, suite aux manifestationx organisées par "ni pauvres, ni soumis"& d'autres collectifs, comme une réplique selon laquelle fallait justement ne pas exagérer, que le gouvernement faisait ce qu'il promettait avec son augmentation de 25% en 5 ans de l'AAH (avril 2010)! Leitmotiv de notre président.


"La mesure constitue une infime inflexion d’une promesse exceptionnellement généreuse, et qui le demeure. Connaît-on beaucoup de catégories sociales où une augmentation de 25% des ressources est prévue, à l’heure où les autres catégories voient leurs ressources chuter ? L’AAH, c’est, à taux plein, une aide de 696 € par mois, qui sera donc augmentée de 21 € l’année prochaine, au lieu de 31 € antérieurement prévus, sachant qu’à terme l’augmentation sera bien de 174 €.".


Ben voyons, tenez mon brave, viendez au banquet de la nature (Malthus), il reste des miettes!
Je rappelle la formule de Keynes, "à long terme, nous sommes tous morts". Pas spécialement besoin de long terme pour les handicapés, et lorque mort physique il n'y a pas, se profile son ombre (état grabataire, douleur, désespoir, sentiment d'abandon...)

"Non seulement on ne « taxe » pas les handicapés, mais on augmente la solidarité de la nation à leur égard à un point qui n’a encore jamais été constaté"


Cest faux. On reprend d'une main ce que l'on donne de l'autre car les franchises médicales, la hausse du forfait hospitalier... peuvent tout de même être considéré comme des taxes masqués qui pèsent surtout sur cette partie de la population. Et l'augmentation sur 5 ans prévue, si elle est conséquente, porte sur des sommes modiques au regard du buget de l'état. La handicap est un aléa statistiquement prévisionel qui aurait donc pû êre assuré décemment depuis la réforme de 1945. Mais hormis les dons de la sensiblerie du théléthon (que je ne blame pas outre mesure), les français n'ont que faire de nous (un homme qui se gare sur un emplacement GIC (une place libre est très accesssible se trouvait à côté de cet emplacement) alors que j'emmène mon fils à la crèche et qu'li y amène lui même sa fille, me réplique après ma remarque que, ses parents étaient handicapés à 100% et qu'ils ne se sont jamais plaints. C'est comme vous voulez mais j'aime pas me faire marcher sur le pieds. Je sais, je suis tatillon.


"Chacun refuse que l’on touche au moindre de ses cheveux"


Monsieur, des cheveux on n'en a presque plus alors quand on touche à ce qui reste, on s'y accroche. Je rappelle que la tonte des cheveux en 1945 était bien une façon d'humilier ces femmes.

"les minima sociaux se cumulent toujours avec un ensemble d’aides connexes de valeur importante".


Ah bon, vivre décemment (càd se nettoyer, avoir de laide pour manger quand cuisiner, avaler est impossible, c'est un geste chevalier d'une démocrtie telle que la France?
La CMU (assurance maladie gratuite), beaucoup de médecin la refuse car le gouvernement ne donne pas les moyens à la sécurité sociales de les indemniser, dans un délai raisonnable, de l'acte pratiqué. Ou encore, on soigne des infections dentaires sans anéthésie locale..On se croirait dans le film les visiteurs! Brave gueux, voit comme je suis bon, en prenant soin de ne pas te tuer. Pour le reste, je ne connaît pas tous mes droits qui sont bien opaques et fictifs mais je ne doute pas que ces mesres soient du même acabit et concerne de toute façon des cas extrêmement lourd.

En ce qui me concerne, je suis toujours autonome et salarié (de quoi, je me plains?). Je me renseigne actuellement pour pouvoir éventuellement pouvoir prétendre à l'AAH (je suis éligible et on me l'a même généreusement proposé il y un an).Mais refus de ma part car aucun intérêt, mon salaire aurait réduit à 0€ le montant de l'allocation (travailler bénévolement en somme).Que d'hypocrisie..
Je me renseigne aujourd'hui, car j'ai de plus en plus de mal à travailler. Là, on me fait comprendre qu'il faut repasser une énième fois devant une commision, car lorsqu'il s'agit de payer les textes deviennent plus pointilleux. Et pis des fois les malades incurables ça guérit. Je vais passer mes vacances à Lourdes.

"Ces promesses sont tout simplement intenables."


Alors qu'il se taise. Casse toi pauv' type. Faut apprendre à compter, si on veut être président. Non,tu n'est pas coupable de cette crise, mais tu en est bien responsable vu la façon dont tu portais aux nues le modèle de réussite américain

"Tout le monde est logé à la même enseigne et doit être mis à contribution."


Où est la baisse des indemnités de nos mandants, de leurs avantages en nature (logement de fonction, vols en avion privé, cigarre (non, non, pas ceux de Bill Clnton),repas somptueux aux assemblés, sieste lors des débats parlementaires, jeu de théatre où ils s'écoutent parler avec orgueil quand il s'agit de fustiger, tel des sales gosses, les propositions ou remarques de l'autre camp, parachutage des relations,famille ou enfants dans les institutions payées par nos impôts -ça crée de l'emploi aidé au moins-).
Et votre réforme des retraites? Et l'auto immunité qu'ils se sont octroyé lors du scandale du financement des partis politqiues dans les années 90 (cette réforme devait permettre d'assainir les pratiques. On voit qu'il n'en est rien.).

Messieurs, il est temps de partir car "on vous pélera le jong comme au bailly du limousin, qu'on a pendu un bon matin".

Gueules cassées de tous les pays unissez vous! La démocratie française ressemble de plus en plus à une lutte contre un cancer infernal: la république bannière.

Bernie

Écrit par : bernie | 10/07/2010

------------------------------------------

Merci Bernie pour ce commentaire. Difficile de mieux résumer la situation !

Et à la question du ministre : " Connaît-on beaucoup de catégories sociales où une augmentation de 25% des ressources est prévue, à l’heure où les autres catégories voient leurs ressources chuter ? "
La réponse est "oui", et même bien plus que 25%, à savoir la catégorie "Sarkosy" qui s'est augmenté de 172% en passant de 7.084 euros (excusez du peu... il était vraiment dans le besoin...) à 19.331 euros !

Une «atmosphère malsaine de nuit du 4 août», s’inquiète Jean-François Copé... Ce Baron des crapules ferait bien de réviser ses cours d'histoire, car cette nuit du 4 aout marqua l'abolition des privilèges féodaux. Tous ces oligarques assis sur leurs privilèges feraient bien de prendre garde ! Un jour, pas si lointain, le vent tournera ! Je ne donne pas cher, dès lors, de leur santé. Chacun son tour d'en baver...

Copello
---------------------------------------------------

Écrit par : copello | 13/07/2010

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 00 h - 23 h (Europe/Paris).